L'IRL en légère décélération

L’IRL (indice de référence des loyers) continue son reflux au 2ème trimestre 2019, avec une valeur d’indice de 129,72, soit une évolution de 1,53% sur un an, après +1,70% au 1er trimestre, +1,74% au 4ème trimestre 2018, +1,57% au 3ème trimestre, +1,25% au 2ème , +1,05% les deux trimestres précédents (1)…

C’est l’effet de son mode de calcul : l’IRL est en effet calculé, depuis la loi du 8 février 2008 pour le pouvoir d’achat, à partir de la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers (voir notre ressource du 14/02/2008 «Le nouvel IRL est paru») ; il suit donc, même si c’est avec retard, les évolutions de l’inflation…

Rappelons également que l’IRL sert à la fixation du loyer des logements reloués après le départ d’un locataire dans les zones tendues (précisément celles où s’applique la taxe annuelle sur les logements vacants). Le bail du nouveau locataire doit mentionner le loyer du précédent et, en dehors de toute autre disposition d’encadrement, le nouveau loyer ne peut être supérieur à celui qui résulte de l’évolution de l’IRL. Aux termes du décret d’encadrement du 30 juillet 2014, les dispositions concernant les nouvelles locations s’appliquent aux logements vacants définis comme étant des logements inoccupés proposés à la location, à l’exception logique de ceux faisant l’objet d’une première location, mais aussi de ceux inoccupés par un locataire depuis plus de dix-huit mois. Par contre, le loyer relatif à un logement qui a fait l’objet depuis moins de six mois de travaux d’amélioration d’un montant au moins égal à la dernière année de loyer peut désormais être librement réévalué.

(1) – INSEE – Valeurs de l’IRL



Source: www.universimmo-pro.com

11/07/2019