L’immobilier : cause et conséquence du creusement des inégalités en Ile-de-France

Malgré tous les efforts, toutes les politiques de la ville, la mixité sociale recule. L’Ile-de-France est de longue date “la région où les inégalités sont les plus marquées, du fait de la concentration de populations très aisées”, rappelle une étude de l’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme de l’Ile-de-France). Et depuis le début des années 2000, ce phénomène s’accentue (1). Côté économie, une croissance soutenue peu riche en emplois entraîne un chômage plus élevé en 2015 qu’en 2000. En même temps on voit une augmentation d’un côté du nombre de cadres et de ménages aisés mais aussi de la précarité plus forte que pour toute la France. Le logement devient un marqueur social de plus en plus fort avec une forte hausse de la propriété et des meublés entre 1999 et 2015, et une forte baisse de la mobilité résidentielle. L’étude pointe aussi le fait que la hiérarchie socio-spatiale traverse tous les statuts d’occupation avec une hétérogénéité des communes à l’interface des secteurs pauvres et aisés, et une gentrification et paupérisation simultanées au cœur de l’agglomération. Les inégalités de revenu s’accroissent entre communes et entre quartiers avec un renforcement et diffusion de la richesse dans les secteurs aisés et une baisse du pouvoir d’achat dans la moitié des communes pauvres entre 2001 et 2015. La carte des prix révèle une valorisation du centre, avec un embourgeoisement et une gentrification rapides à Paris et dans quelques communes avoisinantes, en même temps que la part des plus aisés s’effrite dans les territoires mixtes centraux au sud de Paris…


(1) IAU – mai 2019 : “Gentrification et paupérisation au coeur de l’Ile-de-France”
Source: www.universimmo-pro.com

06/06/2019